Se protéger de la radioactivité

Beaucoup nutriments permettent de se protéger de la radioactivité. 

La radioactivité est la libération de radiations.

Se protéger de la radioactivité par la chélation  

Lors de chélation, des aliments attirent et absorbent la radioactivité pour l’évacuer vers les intestins.

L’alginate de sodium des algues

Il est un chélateur très puissant de minéraux  radioactifs et d’autres métaux lourds.

Les algues brunes chélatent l’excès de strontium et de fer.

Les algues rouges, comme la dulse excellent dans la chélation du plutonium.

Les algues vertes chélatent efficacement le césium-137.

 

d’après le Dr Schechter

Des fibres

La zybicoline du miso, les noix, les graines de tournesol et les pectines des fruits et des graines sont des fibres chélatrices.

Le miso est particulièrement efficace pour extraire les éléments radioactifs.

Les acides aminés sulfurés

On retrouve ces acides aminés surtout dans le chou, le brocoli, l’ail.

Se protéger de la radioactivité par une alimentation riche en minéraux.

Si vous avez un  système riche en minéraux, alors les minéraux radioactifs ont moins de chance d’être absorbés dans les tissus cellulaires. 

Voilà pourquoi, par exemple, pour éviter les radiations à l’iode 131, on conseille de prendre de l’iode. Les aliments riches en iode sont l’ail des ours, l’oignon, les feuilles de navet, le cresson, les courges, l’épinard, le chou frisé, les bettes, l’asperge, les feuilles de navets, les agrumes, l’ananas et la pastèque (Attention de ne pas faire d’excès en iode pour éviter des problèmes de thyroïde).

Les algues contiennent l’ensemble des minéraux et oligo-éléments dont une vingtaine de minéraux de plus que les légumes. Elles possèdent le plus haut taux de magnésium, fer, iode, sodium, et viennent en deuxième position pour le calcium et le phosphore.

Un autre exemple, l’ail et le chou contiennent du soufre organique sous forme de cystéine, ils empêchent l’absorption du soufre-135 radioactif. 

Les betteraves sont riches en fer, il protège de l’absorption du plutonium-238 et -239, du fer-55 et du fer-59.

tableau d'absorption sélective
"Conscious Eating"de Dr Gabriel Cousens

Se protéger par les nutriments riches en antioxydants et enzymes

Les radicaux libres produits lors des radiations, sont détruits par les antioxydants et les enzymes les digèrent.

La cystéine de l’ail est un puissant antioxydant et il intervient dans la détoxication de l’organisme, en se liant à des ions métalliques.  

Les algues sont riches en antioxydants mais aussi en minéraux, en vitamines, en chlorophylle, en oligo-éléments et en fibres.

Se protéger par d'autres aliments

Le travail du Dr Siegmund Schmidt indique que le jus de betterave crue a été utilisé avec succès lors du traitement de cancers induits par les radiations.

Le pollen frais est un puissant antiradiation.

Les aliments contenant de la chlorophylle (les choux, les légumes-feuilles, la spiruline, la chlorella, l’herbe de blé, toutes les jeunes pousses et l’algue de Klamath) réduisent de moitié des effets secondaires des radiations.

Attention à la provenance de ces substances protectrices!

Ces légumes peuvent avoir des taux en iode inférieur à cause d’un faible taux d’iode présent dans les sols.

Les légumes racines sont plus exposés dans la nappe phréatique à la pollution radioactive que les autres légumes.

Le pollen doit être consommé dès sa récolte.