Perte de mémoire et l’hypothyroïdie

squelette qui réfléchit

Dans les signes cliniques de l’hypothyroïdie, il y a perte de mémoire et des manques de concentrations. Dans ce cas, la réactivité diminue et par conséquent la mémoire, la vitalité et les émotions.

Ces signes sont souvent peu connus.

 Pourtant d’après Monsieur Jean du Chazaud, la thyroïde est la glande de la vie car elle intervient dans les toutes fonctions physiques et psychologiques du corps. 

Le rôle de la thyroïde

La thyroïde assure la synthèse des hormones thyroïdiennes T3 et T4.

  • 1- Elles interviennent au niveau du métabolisme glucidique, protidique et lipidique. Elles sont                           indispensables à la croissance, à l’ossification, à la maturation pulmonaire.

     

  • 2 – Elles interagissent  avec tous les organes du corps : peau, cœur, cerveau, muscles

     

  • 3 – Elles participent au développement

     

  • 4 – Jean du Chazaud ajoute que la volonté, la sensibilité, les émotions, l’adaptation, les plaisirs, les passions, l’intuition et l’acuité sensorielle (audition, vision, odorat, touché, goût)  dépendent de la thyroïde.

sans elle, c’est la mort !

En cas d'hypothyroïdie

L’hypothyroïdie est une diminution du fonctionnement de la thyroïde. 

L’interrogation est l’examen le plus important.

Les symptômes les plus couramment remarqués sont :

  • frilosité, fatigue
  • chute de cheveux, ongles cassants, peau sèche
  • œdèmes diffus
  • état dépressif
  • le signe caractéristique est « la perte de la queue du sourcil ».

Les symptômes suivants de l’hypothyroïdie ne sont pas bien connus.

  • progressive perte d’intérêt et d’initiative, un ralentissement du processus mental,
  • une perte de mémoire pour les événements récents,
  • une perte d’éclat et de vivacité de la personnalité, une détérioration intellectuelle générale,
  • de la dépression à tendance paranoïaque

De ce fait, certaines personnes sont mal  diagnostiquées et traitées pour une autre maladie.

Les dosages T.S.H dans le sang.

En hypothyroïdie, la T.S.H augmente lorsque les hormones T3 et T4 diminuent. Parfois ce dosage n’est pas toujours en lien avec un dysfonctionnement de la thyroïde mais de l’hypophyse.

Les dosages de la T3 et T4 libres seront à faire, seulement s’il y a des symptômes.

Le corps n’a besoin en permanence d’hormones thyroïdiennes, c’est pourquoi la T4 est inactive. Et quand le corps en a besoin, la T4 s’active en se transformant en T3. 

Dans le Levothyrox, on  ne trouve que de la T4 de synthése. Pour qu’elle s’active en T3, elle a besoin de plein de micronutriments (sélénium, zinc, certaines vitamines et des antioxydants) et doit éviter les facteurs suivants : stress, alcool, tabac, certains médicaments, toxines, obésité, café, troubles hépatiques…

Est ce que votre médecin vous a demandé avant de vous donner ce traitement, ce que vous mangiez et comment vous vous sentiez……?    

Chez les personnes traitées avec le « lévothyrox » (T4 de synthése), les études montrent que chez ces patients, le ratioT4/T3 dans la plasma est plus élevé que les personnes en bonne santé.

Le dosage de la quantité d’iode.

Une carence en iode empêche de fabriquer en quantité suffisante d’hormones thyroïdiennes (T4 possède 4 atomes d’iode – qu’elle perd un atome d’iode quand elle s’active en T3).

L’iodurie (dosage de l’iode dans les urines) est au minimum de 10µg/100ml.

 

Le besoin en Iode pour un adulte est de 150 µg par jour et de 250 µg chez la femme enceinte.

Cependant, il ne faut pas en avoir trop. Une étude chinoise en 2006 publiée dans le « new england journal of medecine », montre que les personnes qui consommaient trop d’iode, avaient un risque de développer une hypothyroïdie ou une thyroïdite auto-immune. Ce risque concernait surtout les personnes ayant une TSH entre 2 et 6 mUI/L.

Le dosage de l’iode dans le sang ne sert à rien.

Si vous consommez beaucoup de produits laitiers et des aliments riches en protéines, les apports iodés sont plus excessifs qu’insuffisants et l’iode se fixe à une protéine présente et ne peut alors fabriquer d’hormones. 

Par contre si vous consommez peu de produits iodés tels que des algues par exemple, les hormones thyroïdiennes sont aussi insuffisantes.

Le dosage de l’iode dans les urines est plus parlant.

L’iodurie en dessous de la norme minimale est vraiment le seul dosage valable pour signaler une carence.

Par contre, si le taux d’iode dans les urines est importante, il signale un excès d’iode dans le sang que le corps essaye d’éliminer. 

Les remèdes

L'alimentation VIVANTE

Les éléments indispensables pour le bon fonctionnement de la thyroïde sont : l’iode inorganique, le magnésium, le fer, le mobyldène, le sélénium ou le zinc, mais aussi des vitamines du groupe B,C,D et la vitamine E et l’acide aminé L-Tyrosine, phénylalanine et les Omégas 3. 

Donc l’alimentation n’est pas à négliger, c’est le meilleur médicament. Je vois beaucoup de personnes âgées qui ne mangent que des plats préparés qu’ils réchauffent aux micro-ondes. Comment est-il possible de rester en forme avec une alimentation dénaturée. Dans les hôpitaux et les EHPAD, consultez les menus et vous verrez ! 

Les algues

Elles sont très riches en micro-nutriments, surtout la klamath qui a des propriétés extraordinaires;

  • sur les troubles hormonaux (trouble de l’humeur, baisse de libido, trouble de la ménopause, dépression….. )
  • sur la baisse de l’immunité en stimulant les défenses,
  • sur la dégénérescence cellulaire et tissulaire,
  • sur l’inflammation grâce à ses antioxydants, 
  • sur les troubles du système nerveux central comme perte de la mémoire.

Le jeûne et les purges

Dépolluez-vous en vous nettoyant pour éliminer les toxines et pour palier à la fatigue du corps.Et progressivement,les humeurs sont meilleures et l’équilibre glandulaire se rétablit. 

Le repos et la relaxation

De plus, lorsque l’on dort, on recharge les glandes endocrines pour retrouver l’équilibre hormonal. Si vous êtes trop fatigués et préoccupés à cause du stress et des insomnies, les capacités adaptatives diminuent. Ce manque de vitalité amène forcément à un dysfonctionnement de la thyroïde et inversement.     

La perte de la mémoire dépend bien de la thyroïde

La thyroïde est donc une glande vitale qui réagit à la vie.

Malheureusement, comme nous l’avons vu, l’hypothyroïdie baisse nos capacités d’autonomie, de choix et de volonté.

Ces symptômes sont des signes de perte de mémoire.   

Par conséquence, la mémoire ne dépend pas du cerveau !

Laisser un commentaire